Projections : Les femmes libres d'aujourd'hui et de demain - Du 21 au 25 novembre

Projections : Les femmes libres d'aujourd'hui et de demain.
Le mois du film documentaire.
Du 21 au 25 novembre.

Pour le Mois du film documentaire, les femmes libres d’aujourd’hui et de demain sont mises à l’honneur à la médiathèque.
Parce qu’aujourd’hui le droit des femmes est remis en question de par le monde, la médiathèque vous propose plusieurs portraits de femmes. Des footballeuses d’Afrique du Sud aux chanteuses françaises et iraniennes en passant par le palais de la femme au cœur de Paris, ce cycle de projections met en lumière des femmes luttant pour leurs droits au quotidien.

Sur inscription au 01 49 08 51 70 ou sur mediatheque@mairie-arcueil.fr.

Mardi 21 novembre à 19h :
Rencontre avec Veronica Noseda de l'association les dégommeuses. Depuis 2012 leur fer de lance est la promotion du foot féminin, cette association lutte contre le sexisme les LGBT-phobies et toutes sortes de discriminations.
Adulte.

Espace d’Eléonore Gilbert
France / 14’
À l'aide d'un croquis, une petite fille explique comment l'espace et les jeux se répartissent lors de la récréation, en particulier entre les garçons et les filles, et en quoi cela lui pose un problème au quotidien. Malgré ses différentes tentatives pour régler ce problème, elle ne trouve pas de solutions… On découvre alors les subtilités d'une géopolitique de l'espace public à l'échelle d'une cour d'école.

Thokozani football club: Team Spirit de thembela dick
Afrique du Sud / 2014 / 22’
« Thokozani Football Club : Team Spirit » est un portrait collectif des joueuses d’une équipe de foot du township d’Umlazi (Durban). Le club, composé de lesbiennes noires, a choisi le nom de Thokozani Qwabe pour rendre hommage à cette jeune lesbienne footballeuse victime d’un crime de haine en 2007. Le film nous entraîne sur les traces des joueuses sur les terrains de terre du township, lors de matches à Durban ou dans leur quotidien. C’est sous la caméra de Thembela Dick, elle aussi lesbienne et joueuse de foot, qu’elles nous racontent leur histoire. C’est en équipe qu’elles ont choisi de combattre la lesbophobie mais aussi de partager sur le terrain leur joie d’être visibles.

Mercredi 22 novembre à 15h :
ABCDEFGHIJKLMNOP(Q)RSTUVWXYZ
Pour le Mois du film documentaire, la médiathèque propose aux enfants une projection, une balade au Japon sur la forme d’un abécédaire. Valérie Mréjen nous offre un inventaire rêveur et éclectique d’images du Japon et de choses énumérées par ordre alphabétique.
La projection sera suivie d’un atelier créatif, pendant lequel les enfants vont construire ensemble un abécédaire sur le thème "promenade à la médiathèque".
Enfant à partir de 6 ans.

Vendredi 24 novembre à 19h :
Aux marches du palais de Thuong Vi Nguyen Long
France / 2015 / 78’

Paris. D’un côté il y a la rue : la circulation, le bruit, l’agitation… De l’autre, il y a Le Palais de la Femme, imprenable dans son manteau de briques rouges et de céramiques bleues, immobile comme une forteresse. A l’intérieur de ce bâtiment, des femmes vivent. Il y a des vies qui se construisent dans l’adversité, la précarité… Quel imaginaire peut naître d’un univers où tout n’est pas rose ? Peut-on encore croire aux contes de fées ?
Adultes.

Samedi 25 novembre à 19h :
No land’s song d’Ayat Najafi
Allemagne, France / 2014 / 91’55’’

En Iran, depuis la révolution de 1979, les chanteuses ne sont plus autorisées à se produire en solo, tout au moins devant des hommes...
Voulant rendre hommage aux grandes artistes des années 1920, Sara Najafi est déterminée à faire revivre la voix des femmes. Défiant la censure, elle veut organiser un concert pour des chanteuses solistes, et rouvrir un pont culturel entre Paris et Téhéran.
Durant deux ans et demi, Sara se voit opposer des refus, ses réunions régulières au ministère de la Culture mettant en lumière la logique et l'arbitraire du système. Mais jusqu’où aller trop loin ? La solidarité interculturelle et le pouvoir révolutionnaire de la musique triompheront-ils ?
Thriller politique et voyage musical, No Land’s Song ne perd jamais de vue son véritable centre - la voix des femmes.
Adultes.

0 commentaires:

Publier un commentaire